SEEKING PERSPECTIVE

09 mars - 28 avril, 2017

La Galerie Paris-Beijing est heureuse de présenter Seeking Perspective, la deuxième exposition personnelle de l’artiste coréen, Chul-Hyun Ahn réunissant sa toute nouvelle série de sculptures lumineuses, mêlant ses puits vertigineux à ses dernières installations murales.

Dans l’espace confiné du cadre, Chul-Hyun Ahn assemble savamment lumières et miroirs pour modifier la perspective. L’écho visuel crée par la répétition de motifs lumineux plonge le spectateur dans un espace infini.

Dans cet environnement totalement illusoire, ses sculptures mènent celui qui les regarde à abandonner toute forme de rationalisme : « En contemplant le vide, j’espère que les gens atteignent un autre lieu ou trouvent ce qu’ils recherchaient’’

Par l’utilisation de matériaux industriels comme le béton, le contreplaqué, les miroirs, les néons et les LED, Chul-Hyun Ahn donne à ses oeuvres une dimension contemplative. Interagir avec l’une de ses installations engendre un questionnement sur la perception même de l’objet et sa constitution. L’artiste projette le spectateur dans cet univers artificiel remettant en question les limites physiques de la sculpture. Ses oeuvres procurent une sensation de vide et de profondeur sans fins générant ainsi un étourdissant paradoxe.
Ses connaissances dans les domaines de l’art et de la technologie se combinent aux influences Zen. Ramification japonaise du Bouddhisme, cette pratique prône l’accès à l’illumination par la méditation grâce à la réduction des stimuli optiques. L’impact visuel provoqué par la réflexion des rayons lumineux s’apparente à la traduction matérielle de ce cheminement vers une forme de spiritualité.

C’est précisément en se concentrant sur les relations entre les concepts de vide et infini avec la doctrine bouddhiste que le travail de Chul-Hyun Ahn se distingue de celui de ses prédécesseurs. La lumière, comme medium a été largement employée par le passé : des premières expérimentions Bauhaus dans les années 20 au mouvement Light and Space de 1960 jusqu’aux installations du pionnier de l’Art Minimal, Dan Flavin.
Même si les constructions géométriques de Chul Hyun Ahn semblent suggérer une correspondance avec l’idéologie minimaliste, son approche diffère de toutes conceptions et pratiques antérieures.

Né en 1971 à Busan et diplômé de l’Université d’Art de Chugye à Séoul, Chul-Hyun Ahn a commencé par étudier la peinture. De ses premières oeuvres ressortent des images géométriques composées de structures tubulaires. Son exploration de la perspective l’amène ensuite à transposer ses compositions illusionnistes en objets tridimensionnels. La synthèse de ce jeu de miroirs, néons et LED dans sa forme actuelle fut définie en 2002 lors de l’obtention de son diplôme d’études supérieures au Maryland lnstitute College of Art de Baltimore.