LIU BOLIN

10 janvier - 03 février, 2013

“J’ai décidé de me fondre dans l’environnement. Certains diront que je disparais dans le paysage; je dirais pour ma part que c’est l’environnement qui s’empare de moi”.

Pour Liu Bolin disparaître, c’est protester. Sa grande maîtrise de l’art du camouflage l’a fait connaître sous le nom de “l’homme invisible” ou “l’artiste-caméléon”.
Une protestation autant silencieuse que tenace. Le 16 novembre 2005, dans le cadre de la restructuration de la capitale en vue des Jeux Olympiques, les autorités chinoises ont procédé à la démolition et à l’expulsion des habitants du village de Suo Jiacun où se trouvait l’atelier de Liu Bolin. La série Hiding in the City s’ouvre avec l’autoportrait de l’artiste immobile, recouvert de peinture, se confondant avec les ruines de son atelier en signe de protestation silencieuse. La réalisation est parfaite, l’illusion est troublante: cette image marquera le début d’une nouvelle démarche artistique.

Posant parfois pendant des heures devant un mur, un paysage ou un monument, Liu Bolin arrive à se fondre complètement dans le décor sans aucune manipulation digitale, grâce à l’aide des ses peintre-assistants. À la fin du processus de camouflage, la photographie fige la performance créant une image apparemment ludique mais riche en réalité d’un message plus profond. C’est pourquoi ses étonnantes photo-performances se déroulent toujours dans un lieu porteur d’une forte charge symbolique. Ainsi sa célèbre image d’un rayon de supermarché rempli de canettes de boissons importées, dénonce un consumérisme à outrance (Hide in the City 93) ou encore sa disparition à travers les briques de la Grande Muraille (Hide in the City 91) témoigne de l’histoire millénaire de la Chine.

Dans l’œuvre de Liu Bolin, la silhouette humaine à peine visible, aux yeux fermés, représente une individualité totalement isolée. Quelques rares images sont toutefois marquées par la présence d’autres personnages, comme celle du policier (Hiding in the city, 17) symbole de l’autorité ou bien une famille qui disparait devant le drapeau rouge de la République Populaire de Chine (Hiding in the city, 54).

Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts du Shandong, Liu Bolin a eu en premier lieu une formation de sculpteur. Parmi les sculptures présentées, l’imposant Iron Fist s’opposera aux inquiétants personnages rouges de la série Red Hands.