Faire Corps

Exposition collective sous le commissariat de Camille Bardin
21 octobre - 18 décembre, 2021

Artistes
ELEA JEANNE SCHMITTER  | HUGO SERVANIN  | PAULINE ROUSSEAU  | MARION MOUNIC  | SABRINA BELOUAAR  | SARAH TROUCHE  | INGRID BERTHON-MOINE  | ABEL TECHER  | KUBRA KHADEMI  |  REN HANG

La Galerie Paris-Beijing a le plaisir d’annoncer sa nouvelle exposition Faire Corps , sous le commissariat de Camille Bardin, lauréate du Prix AICA de la critique d’art, et qui mettra en avant une sélection d’œuvres de dix artistes.

Oubliez vos leçons bien apprises, déplacez votre regard, extirpez-vous de ces espaces auxquels vous avez été assigné.es. Au-delà de la prise de conscience théorique, Faire corps tente d’identifier la manière dont nos réalités sont socialement construites et d’esquisser de nouvelles possibilités d’existence. À travers le travail d’une dizaine d’artistes, l’exposition propose d’identifier l’impact des stéréotypes de genre sur la façon dont on traite notre corps, dont on s’exprime, dont on se meut dans l’espace, dont on se projette dans l’avenir, en somme, la façon dont on vit. Chacune à leur manière, les œuvres nous motivent à débarrasser nos corps de ce régime épistémologique binaire qui contribue à la mise en minorité de groupes sociaux entiers.

L’exposition Faire corps, me suit depuis près de deux ans, elle n’a pas pour ambition de décrire le concept de déconstruction mais de porter au jour des artistes qui, ces dernières années, m’ont accompagné.es dans mes propres remises en question. Parfois intimes, parfois politiques — si tant est qu’il y ait une différence entre ces deux notions — les œuvres exposées ici sont des invitations à l’introspection, à la prise de pouvoir, au déploiement des corps minorisés. (Camille Bardin)

Camille Bardin est née en 1997, elle est critique d’art indépendante, commissaire d’expositions et fondatrice du podcast PRÉSENT.E. Après avoir écrit pour diverses revues, elle s’engage auprès du collectif Jeunes Critiques d’Art pour une critique qu’elle souhaite indépendante et engagée. Elle en devient co-présidente en 2019 et cofonde la confédération internationale YACI la même année. Depuis 2020, elle anime le podcast PRÉSENT.E qui offre une plongée dans l’intimité de la création, il compte désormais une cinquantaine d’épisodes. Aujourd’hui, elle collabore également à la rédaction de catalogues d’expositions et de monographies pour diverses galeries et institutions, co-anime l’émission Traversée et présente chaque mois le podcast Pourvu Qu’iels Soient Douxces produit par Projets média et pensé par Jeunes Critiques d’Art. Camille Bardin est lauréate du prix AICA 2021.