DAY IS DONE

21 novembre - 18 janvier, 2014

La Galerie Paris-Beijing est heureuse d’exposer pour la première fois à Bruxelles les œuvres de Ghost of Dream, duo d’artistes new-yorkais né de la collaboration entre le sculpteur Lauren Was et le peintre Adam Eckstrom.

Ghost of a Dream explore et documente les espoirs futiles et les rêves matérialistes d’une société contemporaine constamment en quête de renouveau et à la recherche d’une vie toujours meilleure. Depuis des années, Lauren et Adam collectent et accumulent des quantités innombrables d’objets obsolètes, tels que des coupons à gratter ou des billets de loterie usagés, des cartes de baseball, des romans d’amour, des trophées, des cartes postales ou encore des «nudie cards», tant d’objets porteurs d’espoir et de réconfort.

Leurs œuvres à grande échelle – soient-elles des installations, des sculptures, des dessins, ou encore des collages – évoluent autour des promesses de richesse, des rêves brisés et d’investissements infructueux dans un système aussi aléatoire que celui de la loterie.

L’exposition présentée à la Galerie Paris-Beijing questionne sur ce décalage résidant entre fantasmes et réalité tout en interrogeant sur les conséquences de cette quête universelle d’une « vie parfaite » dont les ingrédients principaux sont la fortune, le succès et la romance.

Dans la série de sculptures composées de nombreux trophées appartenant à des vainqueurs inconnus ou encore à travers leurs dessins in-situ réalisés sur les murs de la galerie, le couple explore la ligne subtile qui sépare l’apparence de la réalité. Ainsi le cynisme de l’œuvre Triumph and Tragedy (2013) nous rappelle que « la défaite de l’un fait la victoire de l’autre ». En observant l’œuvre de plus près nous remarquerons que le mot « Triumph » (Victoire) que nous lisons de loin est en réalité composé d’un seul mot écrit à l’infini comme une sorte de mantra : « Tragedy » (Tragédie).

Nous sommes amenés à faire la même découverte lorsque nous regardons le dessin représentant un coucher de soleil Tragedy Sunset, 2013. Un examen plus approfondi de l’œuvre révèle une pléiade de lignes multicolores formant encore une fois le mot « Tragédie ».

Le coucher du soleil représente le moment parfait d’une histoire d’amour qui semble destinée à durer toujours. Pour leur installation This mess between us (2013) Lauren et Adam ont patiemment visionné une multitude de films afin d’obtenir une archive digitale complète de couchers de soleil. Une panoplie d’horizons baignés d’une lumière orangée apparaît ainsi en boucle sur un ensemble d’écrans de vieilles télévisions. À travers la critique du rôle que les medias jouent dans la société de consommation avec la création et la fermentation de nos désirs et nos fantasmes, les œuvres de Ghost of a Dream agissent comme une sorte de miroir sur nos comportements et mettent en évidence notre recherche constante de confort et d’évasion, ou encore de l’amour parfait si bien magnifiés dans les comédies romantiques.
Le paradoxe ultime de nos fantasmes réside dans le fait qu’ils ne se réaliseront jamais, malgré le temps et l’argent que nous y investissons.

Nés aux Etats-Unis, Lauren Was et Adam Eckstrom se sont rencontrés à la Rhode Island School of Design où ils obtenu respectivement un Master en sculpture (2004) et un Master en peinture (2005) avec mention.
Leur collaboration commence en 2006 autours de la question: à quoi rêvons-nous lorsque nous achetons un billet de loterie ? lls fondent Ghost of a Dream en 2007 et un an plus tard, ils conçoivent leur première pièce The Dream Car de la série Easy Money.
Leur travail a été présenté en Europe, en Chine et aux Etas-Unis notamment au Hunterdon Art Museum, (2012) ainsi que au Courtauld Institute of Art (2009).
lls comptent des parutions dans The Guardian (Londres), The Independent (Londres), Time Out (New York) ainsi que sur le prestigieux ArtForum.com.
Ghost of a Dream a participé à des programmes de résidences en Allemagne, en Suisse, en France et aux Etats-Unis. Leur collaboration a été subventionnée par la fondation Pol- lock-Krasner en 2013 ainsi que par la Jerome Fondation. Ils ont aussi remporté le premier prix des Young Masters Art à Londres en 2009.